blason

Patrimoine & histoire

Zoom sur l’histoire de notre commune.

Notre commune trouve ses racines depuis l’Antiquité. Sa situation géographique privilégiée lui a permis de se développer au fil des années.

Le territoire de Lieu-sur-Mer est habité depuis la plus haute antiquité. Des vestiges datant du néolithique ont été trouvés lors de fouilles archéologiques en 1993. Elles ont révélé l’existence d’un gros bourg, de plusieurs milliers de personnes, étiré sur une quarantaine d’hectares, avec des rues empierrées, des trottoirs, des îlots d’habitation, des magasins, des édifices publics et des temples.
A partir du Ve siècle, la population se déplace et fonde de nouveaux bourgs.
Au Xe siècle, les invasions vikings conduisent à l’apparition sur le territoire et, notamment sur les points culminants, de forts et de seigneuries.
Au début du XIVe siècle, mention est faite d’un manoir à l’emplacement du château actuel. Au XVIe siècle, il est abandonné à des fermiers et une nouvelle construction voit le jour non loin de là. En 1595, le château est entouré de fossés et dispose d’un pont levis. Il se compose alors d’un grand corps de logis, d’une grange, et d’un colombier. La porte est entourée de deux tourelles destinées à protéger les occupants des bandes armées qui traversent fréquemment le territoire.
A plusieurs reprises, le château est agrandi et embelli. Une chapelle y est construite et consacrée en 1616. Un hôpital et des écoles voient le jour dès 1750. Une nouvelle route, large et ombragée, est tracée. Un village se développe le long de cette voie et autour de la « place ronde » qui en devient le centre avec sa Poste Royale et ses relais comme le « Gai Relais ».
Profitant de la modernisation et de la révolution industrielle, le bourg se transforme. Les lois Guizot (1833) et Ferry (1881 et 1883) sur l’enseignement entraînent la création d’écoles publiques de garçons et de filles. La révolution des transports avec la création de la ligne de chemin de fer et l’avènement de l’automobile rapprochent Lieu-sur-Mer de la capitale. Des résidences secondaires se construisent, la route nationale est goudronnée en 1920, le gaz de ville installé en 1930, l’eau en 1934. La commune compte alors 1300 habitants.